Take a fresh look at your lifestyle.

Cette ingénieure kényane crée des briques en plastique plus solides que des parpaings

201

Cette ingénieure kényane crée des briques en plastique plus solides que des parpaings.

L’ingérieure et entrepreneuse kényane Nzambi Matee a eu une idée fantastique : transformer des déchets plastique destinés à s’entasser dans les décharges en briques de construction. Commercialisées par sa société Gjenge Makers, ses briques éco-friendly peuvent supporter deux fois plus de poids que des parpaings en béton, confiait-elle à Reuters au début du mois de février.

- Advertisement -

Gjenge Makers est basé à Nairobi, au Kenya, où la pollution plastique est un sérieux problème. Une étude de la Direction environnementale du Kenya a par exemple conclu que 50 % des bêtes élevées dans la région ont du plastique dans leur estomac. Dès 2017, le gouvernement a donc interdit les sacs plastiques pour combattre cette pollution, et les plastiques à usage unique ont été bannis de toutes les zones naturelles protégées l’année dernière. Cependant, cela ne résout pas le problème des déchets déjà présents dans l’environnement.

Crédits : Gjenge Makers Ltd.

Nzambi Matee a donc décidé d’agir pour trouver une solution qui puisse aider à résorber les montagnes de déchets plastiques qui causent tant de problèmes au Kenya. L’ingénieure de 29 ans a donc eu l’idée de produire des briques de construction faites de sable et de plastique recyclé. Le résultat est un matériau à la fois plus léger et plus solide que le béton utilisé habituellement dans la construction.

« Notre matériau est cinq à sept fois plus solide que le béton », assure-t-elle. Sa petite usine peut à l’heure qu’il est en produire 1500 par jour. Elle a déjà recyclé 20 tonnes de plastique depuis 2017, et créé 120 emplois stables à Nairobi. Enfin, les briques de Gjenje Makers sont très intéressantes économiquement, puisqu’elles reviennent à 6,35 euros par mètre carré contre 80 euros pour les parpaings. Sa géniale invention lui a valu d’être couronnée « Jeune Championne de la Terre 2020 » par le programme environnemental des Nations unies en décembre 2020.

Source : Reuters avec Ulyces

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :