Take a fresh look at your lifestyle.

CONFINE-MOTS « Seul à seul »
De Erickson Jeudy (Le vanitéiste)

94

dans les traces de nos paumes
nous creusons l’absence
conjuguons le creux de l’être
dans l’incertitude de nos paupières
nos visages portent la traîtrise du vivre

nous calculons le temps
aux dépens de nos doutes
le jour est un étang d’ennui
la nuit un bouquet d’insomnie
nous existons dans le non-lieu
entre le jour et la nuit
dans le crépuscule ou l’aurore
dans l’absence du soleil

- Advertisement -

que dire du temps insaisissable
dont chaque minute est un coup d’envoi
le déclenchement de l’exil intérieur
nous voici faces aux instants passés
à enterrer nos douleurs

Il est toujours dangereux de laisser l’humain
seul à seul avec lui-même
le cœur plus grand que l’oubli est un fossé
une distance
personne ne peut la parcourir
en évitant les trappes de ses blessures

Le Vanitéiste

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More