Take a fresh look at your lifestyle.

Confine-mots
Auteur « Maguet Delva »
Titre « Port au Prince ma ville »

130

PORT-AU-PRINCE, MA VILLE
Port-au-Prince s’est endormi dans mes bras
Comme une vielle dame
Dans une chaise déguenillée
Elle s’est réveillée titubante
Avec un entonnoir dans la gorge
Où coulent toutes sortes de liquides
Elle frétille de douleurs crasses, de la tête au pied
Elle est badigeonnée de toutes sortes de rances
Elle est nue comme une vieille maquerelle de chez gros maman
J’aime me déambuler dans ses rues sans violettes
A la recherche des visages connus de moi seul
Aux temps des communions en gymnastiques de pique-assiettes
M’arrêter devant les bacs de quincailles, de fritailles de chez Yvette
D’arpenter les quartiers mal famés des cités sans âmes
Pétion ville l’autre jour, mes pas se sont perdus
A la recherche du silence éloquent, des grillons d’autrefois
Qui jouaient une musique affriolante et harmonieuse
Silence onctueux de ma ville qui m’accompagne toujours
Aucune autre au monde ne pourra m’enlever l’odeur
Si particulière qui me lie avec Port-au Prince
Cette ville me lèche les pattes comme une vieille prostituée
Malgré ses pestilentielles odeurs cramoisies
Je me sens chez moi comme un homme neuf
Avec les miens qui ne me considèrent pas comme un étranger
Que je sois à Séville, Sao Polo à Libreville
Ma ville s’est incrustée dans ma tête comme un beau rêve
Chaque voyage est une profonde plongée mélancolique
J’aurai tant aimé qu’elle ressemble aux larges rues
De Budapest ou de New-York
Ses touristes impeccablement alignés sur l’avenue Bouda
Tout à coup je pense à ma ville
A l’infinie délicatesse de ses habitants d’autrefois
Ruelle chrétien escarpée abrite des souvenirs précis
Port-au-Prince mon cœur s’est déchiré un 12 janvier

Auteur : Maguet Delva

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :