Take a fresh look at your lifestyle.

Emmmanuel Macron au port de Beyrouth après la catastrophe

265

- Advertisement -

MOYEN-ORIENT

« Révolution ! »: à Beyrouth, la foule en appelle à Macron pour évincer le pouvoir en place.

Vous devez lire aussi, Beyrouth: au moins 100 morts et près de 300.000 sans-abris

« Nous aiderons à organiser dans les prochains jours des soutiens supplémentaires au niveau français, au niveau européen », a expliqué le président français à Beyrouth.
Arrivé au Moyen-Orient ce jeudi, le président français Emmanuel Macron a annoncé qu’il voulait « organiser l’aide internationale » pour le Liban, deux jours après les explosions meurtrières au port de Beyrouth qui ont dévasté des quartiers entiers de la capitale et provoqué la mort d’au moins 137 personnes, dont un Français.

« Nous aiderons à organiser dans les prochains jours des soutiens supplémentaires au niveau français, au niveau européen, a-t-il précisé. Je souhaite organiser la coopération européenne et plus largement la coopération internationale ».

- Advertisement -

« La priorité c’est l’aide »
« Je viens pour apporter un témoignage de soutien, d’amitié, de solidarité fraternelle au peuple libanais », a également déclaré le chef de l’Etat français, reçu dans la capitale libanaise par son homologue Michel Aoun. « La priorité, c’est le soutien à la population », a-t-il insisté, après avoir annoncé l’envoi dans quelques heures d’un avion au Liban avec « des moyens d’enquête, de police et de recherche ». « On ne vous lâchera pas », a promis Emmanuel Macron aux Libanais.

- Advertisement -

Cette catastrophe intervient alors que le Liban se débat dans une crise économique sans fin. Le président français a eu un mot sur le sujet, arguant que si des « réformes ne sont pas faites, le Liban s’enfoncera davantage ». Le président français va proposer « un nouveau pacte politique » aux responsables libanais. « Aujourd’hui, la priorité c’est l’aide, le soutien à la population sans condition. Mais il y a l’exigence que la France porte depuis des mois, des années, de réformes indispensables dans certains secteurs », a ajouté le chef de l’Etat.

Emmanuel Macron a indiqué qu’il souhaitait avoir « un dialogue de vérité » avec les responsables libanais, « car au-delà de l’explosion, nous savons que la crise ici est grave, elle implique une responsabilité historique des dirigeants en place ».

Macron va proposer un « nouveau pacte » politique aux responsables libanais
Des Libanais massés pendant la tournée d’Emmanuel Macron dans un quartier de Beyrouth ont conspué le chef de l’Etat Michel Aoun, demandant l’aide de la France pour évincer les dirigeants au pouvoir. « Aidez-nous ! Révolution ! », a crié la foule en colère, s’en prenant au président Aoun et répétant « le peuple veut la chute du régime », alors que Macron effectuait une tournée dans le quartier chrétien de Gemmayzé, dévasté par les explosions.
Au cours de ce bain de foule, le président français a assuré qu’il allait proposer un « nouveau pacte » politique aux responsables du Liban, où la colère populaire gronde contre les autorités après le drame meurtrier du port. « Je suis là aussi pour lancer une nouvelle initiative politique. C’est ce que je vais exprimer cet après-midi aux dirigeants et forces politiques libanaises », a lancé Macron à la foule. Le président français va demander aux responsables « de procéder à des réformes (…) de changer le système, d’arrêter la division du Liban, de lutter contre la corruption ».

Mardi, des explosions provoquées selon les autorités par 2750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans un entrepôt ont rasé quasi entièrement le port de Beyrouth, provoquant d’importants dommages dans la capitale. Des dizaines de personnes sont toujours portées disparues, mais un colonel de la sécurité civile française, engagé dans les recherches de disparus au port de Beyrouth, a estimé jeudi qu’il y avait de « bons espoirs » de retrouver « des personnes vivantes ».

LIRE NOTRE DOSSIER COMPLET

Double explosion à Beyrouth

Liban : pourquoi le port de Beyrouth, dévasté, était vital pour l’économie du pays
Beyrouth : le bilan s’alourdit, au moins 40 Français blessés
Macron en déplacement au Liban : pourquoi les deux pays sont-ils si amis?
La colère des Libanais est d’autant plus grande que la cargaison de nitrate d’ammonium, une substance hautement inflammable, se trouvait au port depuis six années, « sans mesures de précaution » de l’aveu même du Premier ministre libanais.

SOURCE: LEXPRESSE

- Advertisement -

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More