Take a fresh look at your lifestyle.

France – Dieunor Excellent un maire de nationalité haïtienne à Villetaneuse en France.

47

- Advertisement -

France -  Dieunor Excellent un maire de nationalité haïtienne à Villetaneuse en France.

Par Gwenael Bourdon Le 28 mai 2020 à 06h01

Mains jointes à la verticale, légère inclination de la tête. C’est avec ce petit geste discret que Dieunor Excellent a salué chacun de ses adjoints, après leur avoir passé l’écharpe tricolore.

Le nouveau maire de Villetaneuse, intronisé ce mercredi soir lors d’un conseil municipal sans public mais avec gel et masques, est resté dans la retenue, presque impassible tout au long de la séance, retransmise en direct sur YouTube. « Je suis ému », a-t-il pourtant déclaré à la fin du conseil, un brin solennel : « Nous avons levé un espoir, cela nous donne une grande responsabilité. »

 » MERCI POUR VOTRE CONFIANCE !
Ce mercredi soir, le Conseil Municipal m’a officiellement installé comme Maire de Villetaneuse.
Une nouvelle page de Villetaneuse s’ouvre, je serai avec mon équipe aux cotés des Villetaneusiennes et des Villetaneusiens.
Dès demain, en qualité de Maire, je serai au travail avec les services municipaux pour faire face à cette crise sanitaire et mettre en œuvre notre programme.  »

VilletaneuseAutrementdès2020 #ConseilMunicipal #Installation

- Advertisement -

Le nouveau maire (divers gauche) Dieunor Excellent a été élu ce mercredi soir. L’opposition a déjà donné de la voix.

Villetaneuse, mercredi 27 mai 2020. Conseil d’installation, élection du nouveau maire Dieunor Excellent. LP/Gwenael BourdonPar Gwenael BourdonLe 28 mai 2020 à 06h01

Mains jointes à la verticale, légère inclination de la tête. C’est avec ce petit geste discret que Dieunor Excellent a salué chacun de ses adjoints, après leur avoir passé l’écharpe tricolore.

- Advertisement -

Le nouveau maire de Villetaneuse, intronisé ce mercredi soir lors d’un conseil municipal sans public mais avec gel et masques, est resté dans la retenue, presque impassible tout au long de la séance, retransmise en direct sur YouTube. « Je suis ému », a-t-il pourtant déclaré à la fin du conseil, un brin solennel : « Nous avons levé un espoir, cela nous donne une grande responsabilité. »null

Le 15 mars dernier, ce consultant en marketing de 43 ans, à la tête d’une liste soutenue par La France Insoumise, le PS, Générations, a mis fin, en un tour, à un siècle de communisme municipal à Villetaneuse, avec 50,3 % des voix.

Le moment était donc d’importance. Dans la salle, le président PS du conseil départemental Stéphane Troussel, et le socialiste Mathieu Hanotin, lui-même en lice pour le second tour à Saint-Denis, étaient venus assister à l’événement.

« Nous n’allons pas détruire ce que d’autres ont construit »

« Nous nous inscrivons dans la continuité et la rupture, a déclaré Dieunor Excellent. Nous n’allons pas détruire ce que d’autres ont construit. Je veux m’adresser à ma prédécesseure [NDLR : l’ex-maire PCF Carinne Juste]. Nous nous sommes beaucoup affrontés. A mes yeux ce temps est révolu. »

Il l’est visiblement beaucoup moins aux yeux de l’intéressée, qui a déjà déposé un recours contre le résultat de l’élection. « Ici le communisme municipal a fait de belles choses », a rappelé l’élue, désormais sur les bancs de l’opposition, lors d’une prise de parole en début de séance. Son mot d’ordre désormais : « Résistance », et vigilance face à la nouvelle équipe en place, sur « les dossiers en cours », du projet de centre de santé aux négociations sur la rénovation urbaine. Elle a beau assurer n’avoir « ni amertume, ni boule au ventre », Carinne Juste a eu le verbe acide : « Je vous souhaite bon courage, vous qui avez tiré votre programme du nôtre à 60 %, et à 40 % du populisme. Quand le ventre est vide, il faut des boucs émissaires et la raison ne l’emporte pas toujours face aux sirènes de la démagogie. »

La pique n’a guère fait réagir le nouveau maire. Pas plus d’ailleurs qu’un autre couac survenu au moment de son élection : Dieunor Excellent a dû affronter une candidature concurrente. Celle de Rachida Boughazi, issue des rangs de sa majorité et amère de ne pas avoir obtenu un poste de maire-adjointe que le maire, dit-elle, lui avait promis. Elle n’a recueilli que deux voix et siégera dans l’opposition. « Dès le premier conseil, la désunion apparaît », commente Linda Sayah, élue centriste d’opposition.

SOURCE : LE PARISIEN

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2567188713492646&id=100006046262401&sfnsn=scwspmo&extid=KNIqOStsVgwCnds7

- Advertisement -

- Advertisement -

Les commentaires sont fermés.