Take a fresh look at your lifestyle.

Insolite: Manel de Aguas, 25 ans, possède deux nouveaux implants cyborgs

280

L’Es­­pa­­gnol Manel de Aguas, 25 ans, possède deux nouveaux implants cyborgs.

L’Es­­pa­­gnol Manel de Aguas, 24 ans, possède deux nouveaux implants cyborgs : le jeune homme s’est fait poser des aile­­rons des deux côtés du crâne, pour perce­­voir les varia­­tions météo­­ro­­lo­­giques. Ce nouvel « organe tech­­no­­lo­­gique » le rend capable, dit-il, de perce­­voir avec préci­­sion les varia­­tions de tempé­­ra­­ture, d’hu­­mi­­dité, la pres­­sion atmo­s­phé­­rique, et d’en­­voyer des sons à son cerveau  par conduc­­tion osseuse. Il a dévoilé le résul­­tat sur son compte Insta­­gram.

C’est en janvier de cette année que Manel de Aguas a fait de son rêve une réalité, en se faisant implan­­ter des aile­­rons dans le crâne dans une clinique au Japon, après que plusieurs méde­­cins espa­­gnols ont refusé. Les aile­­rons pèsent 500 grammes, peuvent être rechar­­gés à l’éner­­gie solaire et se connectent à divers appa­­reils via le Wi-Fi.

Manel de Aguas se consi­­dère comme une version amélio­­rée de l’être humain. Membre fonda­­teur de la société « Trans-Species » de Barce­­lone, il utilise des implants tech­­no­­lo­­giques pour perce­­voir le monde diffé­­rem­­ment du reste de l’hu­­ma­­nité. Manel s’était déjà fait connaître une première fois en août 2017, lorsqu’il s’est implanté un appa­­reil qui lui permet­­tait de ressen­­tir les vibra­­tions atmo­s­phé­­riques, à la manière de chauve-souris.

En juin 2019, l’ar­­tiste barce­­lo­­nais avait expliqué à Vice son inten­­tion de se faire implan­­ter un organe arti­­fi­­ciel qui lui permet­­trait de sentir les chan­­ge­­ments de tempé­­ra­­ture, d’hu­­mi­­dité et de pres­­sion atmo­s­phé­­rique à travers son crâne. « L’at­­mo­­sphère réson­­nera dans ma tête et, selon les condi­­tions atmo­s­phé­­riques à un moment donné, j’au­­rai l’ex­­pé­­rience d’être submergé dans un type de milieu spéci­­fique », disait alors le jeune homme.

« J’ai toujours ressenti un lien parti­­cu­­lier avec la pluie, donc quand j’ai décou­­vert qu’il y avait un moyen de ressen­­tir ce senti­­ment en moi, j’ai pensé qu’il serait bon de créer un organe qui me relie­­rait encore plus à elle, ainsi qu’à d’autres phéno­­mènes atmo­s­phé­­riques », expliquait Manel. « Quant à la forme de l’or­­gane, j’ai toujours été inté­­ressé par les espèces marines, réelles et mytho­­lo­­giques, donc l’idée de créer un organe en forme d’ai­­le­­ron est logique­­ment venue. »

Source : @manel­­de­­la­­guas/Insta­­gram & ULYCES

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :