Take a fresh look at your lifestyle.

Mandela, de Port – de- Paix à Paris, trace sa voie.

21

- Advertisement -

Haïti est une terre d’artistes. L’Art habite tous les coins et recoins du pays. Des jeunes doués particulièrement dans le domaine de la musique, on en trouve à la pelle. Durant ces 15 dernières années, on a eu la chance de profiter des talents de beaucoup de jeunes artistes, parmi lesquels on ne saurait passer sous silence les noms de Roosevelt Saillant « BIC » et Jean Bélony Murat « Belo ». Et c’est justement par la générosité de ces derniers et le désir d’assurer la relève que le grand public allait découvrir le jeune chanteur Mandela Jean- François, de son nom complet, à travers notamment le titre « Pa lage sa », qu’il a lui même composé et chanté en duo avec l’interprète de « Lakou Trankil ».

Aujourd’hui, déjà avec un album à son actif « Vwa Pam », sorti il y a deux ans, le fils de Port de Paix vole de ses propres ailes et atterrit à Paris pour une tournée promotionnelle.
Entre décalage, interviews, showcases, vente signature, visites à l’Ambassade d’Haiti à Paris et des principaux lieux touristiques de la ville lumière( Tour Eiffel, ballade sur les Champs Élysée..), Mandela se confie à Gazette Haiti sur son itinéraire dans la musique : ses débuts, les rencontres décisives qui l’ont lancé sur le devant de la scène, son premier album et maintenant son ambition d’atteindre d’autres marchés.
Coup de Projecteur sur l’un des plus prometteurs de nos jeunes artistes, dont notre pays représente une pépinière extrêmement fertile.

« Au debut je voulais être un footballeur, mais tout a changé le jour où on a fait choix de moi pour représenter mon école à un concours de chant..où jai été le gagnant de cette édition..
Et de là le responsable culturel de mon école ALEXIS WILKENSON( Master kenno) m’a dit qu’il y avait quelque chose [ talent, ndlr] caché en moi et que je savais et devais faire de la musique professionnelle. Depuis lors ça a commencé avec une chanson « Pa gen moun ki k kanpe », sortie en 2010, en hommage aux victimes du tremblement de terre du 12 janvier ».
Photo

Des rencontres qui ont lancé la carrière du jeune Port de Paisien.
Conscient de son talent et animé du désir de réussir, Mandela sait saisir les opportunités. Sa rencontre avec BIC, cet excellent artiste, ce parolier hors pair ne saurait donner que cette suite logique:

« J’ai eu la chance de rencontrer BIC dans une soirée organisée par l’alliance française de Port- de- Paix où jai chanté *Tounen*, une histoire d’amour parlant de quelqu’un qui a laissé partir un être cher dont il reconnaît l’importance juste après son départ en le suppliant de revenir. Il ( BIC) a été charmé par la chanson et a choisi de la mettre sur son Album, Kreyol chante, kreyol konprann vol 2…(2012) », explique l’air reconnaissant le natif du belier qui n’oubliera jamais le jour où il a croisé le chemin de Belo qu’il considère comme un frère et un modèle.
« J’ai rencontré Belo sur ma route, et je lui ai dit que je rêvais de faire de la musique avec lui. Il m’a tout de suite dit ok. Je lui ai proposé « Pa lage sa », qu’il a gravée sur son album sorti en 2014. C’est devenu un véritable hit », dit l’artiste Mandela, fier de sa composition.
Effectivement, c’est un excellent texte faisant appel au courage, à l’espoir, à l’optimisme, à la positivité, à la persévérance et à la détermination malgré les soubresauts de la vie.
Photo

« Vwa Pam »: Mandela trace sa ligne socio-sentimentale:
« Je propose un album, mon tout premier, avec des textes sur l’amour et des réalités socio-politiques de mon pays. Je suis heureux de l’accueil du public. C’est un album que je baptise de « socio-sentimental » de 11 titres qui me permet de tracer ma propre voie sur l’échiquier musical haïtien. Tout le monde peut se retrouver à travers mes propres réalités, expériences que je chante. Il est disponible en ligne sur toutes les plateformes légales, j’invite mes fans à se le procurer », explique-t-il, comme pour dire à ses mentors et au grand public qu’il a désormais atteint l’âge de la maturité musicale pour finalement prendre son envol.
Photo

Tournée médiatique à Paris: Mandela à la conquête d’un nouveau marché.
Photo

- Advertisement -

« Après la sortie de l’album en 2018, une tournée nationale avait été programmée mais a dû être annulée suite aux troubles socio-politiques dans le pays. Du coup, j’ai pensé au marché européen, disons, Paris pour pouvoir effectuer une tournée médiatique, promotionnelle, et profiter d’organiser des ventes signatures. Depuis mon arrivée, ça ne s’arrête pas. J’ai déjà eu plusieurs interviews dans des médias, en showcase les 14 et 15 février.. j’ai été reçu à l’Ambassade d’Haiti à Paris. On a eu de très bons échanges autour de la promotion de la musique, de l’art, de la culture haïtienne, en général. En termes de débouchées, on a eu plusieurs propositions pour participer à des festivals. Je constate qu’ici on adore la musique et la culture haïtienne ».
Photo

- Advertisement -

La promotion se poursuit. Après Paris, Mandela pense mettre le cap vers le Canada, les Antilles françaises et éventuellement le continent africain. Il croit qu’il y a là-bas des opportunités à saisir pour des artistes haïtiens.
Photo

Du nouveau pour 2020:

« Actuellement, je travaille sur des vidéoclips avec des titres figurés sur l’album. D’autres singles sont aussi prévus.
Parallèlement, je continuerai de partir à la conquête des concerts, festivals à l’extérieur… en un mot, continuer la promotion de la musique haïtienne à travers mon album », projette l’artiste Mandela qui en profite pour adresser un message aux jeunes:
« Rien n’est facile dans la vie, il suffit de croire, en ses rêves, il faut avoir des principes et apprendre à ne jamais abandonner .. »
Mandela, croyant, remercie les siens:

« Merci à Dieu qui m’a donné ce talent ». L’artiste durant toute l’interview accorde une attention spéciale à sa mère qui, dit-il, l’a beaucoup aidé dans son choix de faire de la musique. « Ma mère a toujours été là pour moi ».
D’autres personnes ont d’une manière ou d’une autre joué un rôle important dans le cheminement de l’interprète de « Pou ou » et c’est particulièrement le cas de :Safetypromo, l’agence de presse en ligne, organisatrice de cette tournée promotionnelle en France, Jamy Lafleur qui l’accompagne à Paris, Belo Music.. Hands up Group…
« A tous ceux qui sont toujours à mes côtés quand ça va mal, je leur dis un grand merci »,

conclut le jeune Mandela qui entend laisser sa marque dans le patrimoine musical haïtien.

Source : Garry Assad GAZETTE HAITI

- Advertisement -

Les commentaires sont fermés.