Take a fresh look at your lifestyle.

Michelle Obama s’en prend vivement à Donald Trump

410

- Advertisement -

Michelle Obama s’en prend vivement à Donald Trump

 

«Il n’est pas le bon président pour notre pays»

 

Michelle Obama, l’épouse de l’ex-président des Etats-Unis, Barack Obama, a dénoncé lundi le «manque total d’empathie» de Donald Trump au premier soir d’une convention démocrate virtuelle inédite assombrie par une confluence de crises historiques, affirmant qu’il n’était «pas le bon président» pour les Etats-Unis et appelant à élire Joe Biden le 3 novembre.

- Advertisement -

«Car à chaque fois que nous nous tournons vers la Maison Blanche pour une direction, ou du réconfort, ou un semblant de stabilité, ce que nous recevons à la place c’est du chaos, de la division et un manque complet et total d’empathie», a-t-elle déclaré dans un discours passionné. Des critiques inédites de la part d’une ancienne Première dame des Etats-Unis contre un président en fonction.

Elle clôturait la première soirée de cette convention sans précédent, rendue entièrement virtuelle à cause de la pandémie de nouveau coronavirus, mais installée jusqu’au 20 août dans le Wisconsin, un Etat-clé que Donald Trump avait remporté avec surprise en 2016 avec une très courte avance.

Evoquant la profonde crise sanitaire, qui a fait plus de 170.000 morts aux Etats-Unis, la récession économique et la vague historique de colère contre le racisme, Mme Obama a avancé que le président républicain avait «eu plus que le temps nécessaire pour démontrer qu’il ne pouvait pas faire ce travail. Il est à l’évidence dépassé».

« Donald Trump n’est pas le bon président pour notre pays»

«Laissez-moi être aussi honnête et claire que possible. Donald Trump n’est pas le bon président pour notre pays», a-t-elle ajouté dans une vidéo.

Portant un collier qui formait le mot «Votez», Michelle Obama a appelé, dans un discours rempli d’émotion, les Américains à déposer leur bulletin le 3 novembre, quitte à attendre «toute la nuit» s’il le fallait.

Rappelant qu’elle «détest(ait) la politique», l’ancienne avocate de Chicago a dit s’attendre à ce que son message ne soit pas entendu par tous: «nous vivons dans un pays profondément divisé et je suis une femme noire, qui parle à la convention démocrate».

LIRE LA SUITE ICI

- Advertisement -

- Advertisement -

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More