Take a fresh look at your lifestyle.

Ricardo Boucher explique le mouvement  » Non-Assistance À Poésie En Danger.

578

Ricardo Boucher explique le mouvement  » Non-Assistance À Poésie En Danger.

Je ne suis pas le dernier a temoigner une certaine curiosité sur les actions de ce jeune poète, diseur qui conjugue art poétique et réalité quotidienne. Ricardo Boucher se consacre sans réserve à faire echos des poèmes qui dérangent ,des gestes qui embarrassent le système actuel.

Qui est Ricardo Boucher ?

- Advertisement -

Par socialisation on m’appelle Ricardo Boucher. Je suis poète Marxiste Décolonial, éducateur populaire et militant de l’organisation progressiste révolutionnaire MOLEGHAF.

Comment définissez vous ce mouvement ?

Ce mouvement, « Non-Assistance À Poésie En Danger  » se définit, par rapport à notre engagement quotidien dans la lutte pour la libération de la classe opprimée, à travers nos graffitis poétiques sur les murs dans les quartiers populaires, nos performances poétiques dans les rues de Port Au Prince et à travers des organisations progressistes révolutionnaires qui, par leur méthode de lutte organisent des seeting, des manifestations entre autre.

La poésie peut elle répondre à cette exigence ? Pourquoi la poesie ?

Pour apprivoiser la parole, repousser les marges, affronter les cris… La poésie pour nommer les choses qui n’ont pas de nom. Comme aurait dit Marie-Célie Agnant.

- Advertisement -

Pourquoi cette attachement à la classe défavorisée ?

Ce qui parvient à m’attacher à la classe défavorisée, la classe laissée- pour compte n’est autre que ma conscience de classe. Parce que la conscience de classe est la plus grande arme collective de transformation sociale. Quand je dis transformation sociale, je veux parler d’une alternative commune permettant à chacun, chacune de créer ses ou sa richesse en toute dignité.

Quelle est la finalité de ce mouvement ?

La finalité, c’est la réorganisation de la vie pour tous, surtout pour qu’elle soit vivable dans notre chère Haïti.

En guise de dernier mot ?

Bah, Je dirais à vous… Bonne continuation dans la lutte, la vie.

James fleurissaint

[email protected]

- Advertisement -

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More