Take a fresh look at your lifestyle.

Thomas Pesquet raconte son quotidien dans l’espace

0 81
Thomas Pesquet raconte son quotidien dans l’espace
Thomas Pesquet regarde la Terre depuis une fenêtre de l’ISS.ESA/NASA–T. Pesquet

Paris Match | Publié le 30/04/2021 à 15h49 |Mis à jour le 30/04/2021 à 15h58Camille Hazard

- Advertisement -

Le Français de 43 ans a donné sa première conférence de presse depuis qu’il est arrivé dans la Station spatiale internationale le 24 avril dernier.

L’astronaute français Thomas Pesquet a «retrouvé ses habitudes» dans la Station spatiale internationale (ISS), où il est arrivé samedi, et qui est un peu sa «deuxième maison», a-t-il déclaré vendredi dans une conférence de presse. Flottant en apesanteur, et tout en jouant avec une mappemonde gonflable, l’astronaute s’est prêté à 20 minutes de questions-réponses, depuis un module encombré de câbles et de fils de l’ISS, où il a déjà passé plus de six mois en 2016-2017.

«C’est un peu ma deuxième maison, j’ai retrouvé des amis, j’ai retrouvé mes habitudes. Et on a déjà commencé à travailler. J’ai déjà passé quasiment toutes mes journées depuis lundi sur une expérience scientifique de l’ESA (agence spatiale européenne, ndlr). On n’a pas perdu de temps. On est déjà parti à cent à l’heure», a dit Thomas Pesquet.

Le Français de 43 ans a aussi évoqué les petits soucis du quotidien qu’il a déjà rencontrés. «Il y a beaucoup de monde, on est 11. Ce n’est pas le record à bord de la Station et ça se passe plutôt bien ! Nos prédécesseurs ont vraiment été des hôtes parfaits. On a que 6 couchettes pour 11 membres d’équipage, ça veut dire qu’il y en a 5 qui campent», a-t-il confié avant de poursuivre : «On essaie de faire attention, on est entraînés à la promiscuité mais il faut leur laisser leur espace. Le séjour dans l’espace, c’est aussi «beaucoup de petits moments», a-t-il dit, avec en fond sonore la célébration par le reste de l’équipage de l’anniversaire de l’Américain Victor Glover, à l’heure du petit déjeuner. «On a installé des petits ballons avant qu’il se lève», explique-t-il, en soulignant l’intérêt de cette «vie en communauté, avec le sentiment d’être en mission».

Thomas Pesquet raconte son quotidien dans l’espace

La véritable nouveauté pour Thomas a été de rejoindre la station à bord de la capsule Crew Dragon de l’entreprise américaine SpaceX, dont c’était la troisième mission vers l’ISS. L’occasion pour lui de revenir sur les sensations au décollage. Il l’a trouvé «super confortable au décollage» et très spacieuse, comme «une voiture moderne avec les écrans plats tactiles». Mais qu’on ne s’y trompe pas, «si on aime les manèges de foire et les sensations fortes, un décollage en fusée c’est ce qu’on peut faire de mieux». Ce qui explique le moment visible d’hilarité qui a saisi les quatre astronautes en quittant la Terre samedi dernier: «C’était vraiment un grand, grand moment, on riait tous dans la capsule, – en étant sérieux -, parce que les sensations sont phénoménales».

Le décollage, dans la capsule perchée sur la fusée Falcon-9, a aussi été «plus doux qu’avec Soyouz», la fusée russe qui assurait avant les transports d’astronautes de la Nasa vers l’ISS. C’est la première fois qu’une mission SpaceX transporte un astronaute européen vers l’ISS. Thomas Pesquet sera aussi le premier Français à prendre les commandes de la station, grande comme un terrain de foot, durant environ un mois, vers la fin de sa mission de six mois.

Son séjour s’annonce intense, avec plus de 200 expériences à mener, en compagnie de six autres astronautes, à bord de ce vaste laboratoire en apesanteur. «Le but d’être ici, c’est la recherche», a rappellé l’astronaute. Qu’il s’agisse d’étudier des revêtements anti-microbiens pouvant trouver une application sur Terre pour éviter les contaminations de surfaces, ou l’évolution de mini-cerveaux, des cellules souches «qui ne se comportent pas comme au sol». Cette dernière expérience, supervisée par le Cadmos, une division du Cnes, a sa faveur: «J’ai hâte de jouer un peu au savant fou».

SOURCE : PARIS MATCH

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More