Take a fresh look at your lifestyle.

Des chercheurs ont décrypté l’« onde de la mort » dans le cerveau

0

Une recherche récente parue sur Science Direct décrit en détail le mécanisme qu’ils nomment “l’onde de la mort”. Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs ont observé que lorsque le cerveau manque d’oxygène, l’activité électrique diminue initialement.

Rien de vraiment étonnant jusqu’ici. Après tout, ne dit-on pas que la mort se manifeste par un “électroencéphalogramme plat” ? Cependant, après un certain laps de temps, une onde électrique émanant des parties les plus profondes du cerveau déclenche soudainement et brièvement une augmentation d’activité. Il s’agit en réalité d’une sorte de vague électrique précurseur de l’arrêt total de l’activité cérébrale.

Quelle est cette “onde de la mort” et pourquoi est-ce une découverte importante ?

Quand la réanimation est entreprise à temps, une autre “onde”, similaire mais de grande amplitude, engendre une reprise progressive d’activité. Les scientifiques la désignent comme “l’onde de la réanimation”. Des neurones apparemment inactifs se réveillent. Cette observation suggère que la mort cérébrale est bien plus complexe que prévu.

Surtout, cette mort cérébrale pourrait être potentiellement réversible. De plus, les chercheurs ont identifié l’origine de cette onde : la dépolarisation des neurones pyramidaux enfouis dans le néocortex, une observation confirmée expérimentalement par l’injection d’un inhibiteur, comme détaillé dans leur publication scientifique.

C’est précisément cet aspect qui suscite beaucoup d’espoir. En effet, la découverte d’une molécule ou d’une méthode permettant de contrôler cette dépolarisation, connue sous le nom de dépolarisation anoxique, ou de polariser ces neurones, pourrait potentiellement marquer une révolution dans le domaine de la réanimation. Cela offrirait plus de temps pour prévenir la mort cérébrale et potentiellement réduire les séquelles permanentes résultant de l’asphyxie de certaines parties des neurones.

Les chercheurs soulignent que malgré sa taille, le cerveau est l’organe qui consomme le plus d’oxygène, représentant entre 20 et 25% de cet élément vital transporté par les globules rouges. Il est donc l’organe le plus dépendant de l’oxygénation, et toute privation d’oxygène peut rapidement devenir irréversible avec les méthodes de réanimation actuelles.

Naturellement, le sujet est complexe, et nous encourageons vivement les plus curieux parmi vous à consulter l’étude complète en suivant le lien source de cet article pour approfondir leurs connaissances !

SAFETY PROMO AVEC PRESSE CITRON

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More