Take a fresh look at your lifestyle.

Neuralink vient de mettre à jour un humain

À la suite de problèmes initiaux, Neuralink a amélioré son dispositif “Link”. Ces modifications ont non seulement résolu les complications post-opératoires, mais ont également augmenté les capacités de contrôle numérique pour les patients souffrant de quadriplégie.

Dans notre société de plus en plus numérisée, l’accès aux technologies est essentiel pour l’intégration sociale et professionnelle. Cependant, cela présente des défis majeurs pour les personnes handicapées, comme celles souffrant de quadriplégie, qui se sentent souvent exclues. Neuralink, parmi d’autres entreprises d’Elon Musk, s’engage à aider ces individus grâce à son dispositif innovant, le “Link”. Cette technologie avancée vise à révolutionner l’interaction des personnes handicapées avec le monde numérique, en leur offrant plus d’autonomie et de liberté.

Au début de l’année 2024, Neuralink a implanté le dispositif “Link” chez Noland Arbaugh à l’Institut neurologique Barrow en Arizona. Avant cette procédure, il dépendait d’un stylet buccal pour interagir avec ses appareils, ce qui limitait ses mouvements et nécessitait une assistance. Grâce à cette interface cerveau-machine, Noland peut désormais contrôler la souris de son ordinateur, naviguer sur Internet et jouer à des jeux vidéo tels que les échecs ou Civilization VI, simplement par la pensée. Cependant, malgré ce succès initial, des complications sont survenues par la suite.

Bientôt, Neuralink pourrait offrir la possibilité de contrôler un bras robotique.

Quelques semaines après l’implantation du dispositif, des complications sont survenues : certains fils se sont détachés du cerveau de Noland, réduisant ainsi l’efficacité des électrodes. En réponse, Neuralink a ajusté l’algorithme de traitement des signaux et amélioré les techniques de traduction des impulsions neurales en mouvements de curseur. Ces modifications ont permis de restaurer et même d’améliorer les performances initiales du “Link”. Elles ont offert à Noland une précision accrue dans le contrôle de ses appareils numériques.

À l’avenir, Neuralink envisage d’élargir les fonctionnalités du “Link” pour contrôler des bras robotiques et des fauteuils roulants. Cette progression rapproche l’entreprise de la réalisation d’un cyborg, autrefois relégué à la science-fiction. Toutefois, avant de songer à de tels scénarios, ces avancées pourraient un jour permettre aux personnes souffrant de handicaps sévères de dépasser leurs limitations physiques.

Source: Neuralink

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More