Take a fresh look at your lifestyle.

Jérôme Hamon, le premier homme avec deux greffes au visage est mort à l’âge de 49 ans

Jérôme Hamon, souffrant d’une maladie génétique déformant son visage, avait partagé son expérience de sa première greffe dans son livre “T’as vu le Monsieur ?”, paru en 2015.

Jérôme Hamon, décrit comme un combattant remarquable par son ami et sauveur Franck Zal, est décédé cette semaine à l’âge de 49 ans. Il était le premier homme à avoir subi deux greffes du visage, en 2010 et en 2018, ayant ainsi arboré trois visages différents au cours de sa vie, selon ses proches qui ont annoncé la nouvelle ce jeudi 18 avril.

“Son décès survient après une période d’épuisement. Il y a seulement une semaine, nous échangions des SMS”, a déclaré Franck Zal à l’AFP, un proche de la famille et un chercheur en biologie marine, confirmant une information du Télégramme. La société de Zal a développé une technologie basée sur les vers marins, ayant permis la réalisation de sa seconde greffe en 2018.

“Je tiens à souligner la force de Jérôme. Je lui demandais souvent comment il parvenait à endurer tout cela. Son décès me touche profondément”, a ajouté le scientifique. “Il rêvait de reprendre le travail, étant passionné par les livres, mais il était épuisé. Malheureusement, il n’a pas pu retourner travailler après sa greffe en 2018”, a poursuivi Franck Zal.

Pendant deux mois, Jérôme Hamon a vécu sans visage.

Atteint de neurofibromatose de type 1, une maladie génétique déformant son visage, sa première greffe avait été un succès, comme il l’avait relaté dans son livre “T’as vu le Monsieur ?”, publié en avril 2015. Cependant, la même année, un simple rhume l’avait conduit à prendre un antibiotique incompatible avec son traitement immunodépresseur. En 2016, les signes de rejet chronique ont commencé à apparaître, et son visage s’est détérioré.

À l’été 2017, Jérôme Hamon avait été admis à l’hôpital. En novembre de la même année, son visage greffé, touché par des zones de nécrose, avait dû être retiré. Il avait alors passé deux mois “sans visage” en réanimation à l’hôpital Pompidou, en attendant qu’un donneur compatible soit signalé par l’Agence de la biomédecine. Ce donneur, un jeune homme de 22 ans, était décédé à plusieurs centaines de kilomètres de Paris.

La greffe de 2018 a été effectuée par l’équipe du Pr Laurent Lantieri à l’hôpital européen Georges-Pompidou, relevant de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Ce chirurgien plastique avait déjà réalisé une première greffe totale du visage sur le même patient en 2010 à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil.

Selon le site web du journal Ouest-France, l’avis de décès indique que ses funérailles se tiendront vendredi à Saint-Thégonnec, dans le Finistère.

Les commentaires sont fermés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More