Take a fresh look at your lifestyle.

Taylor Swift victime de fausses images pornographiques

0

La Maison Blanche a exprimé son alarme face à la diffusion de nombreuses images pornographiques générées par intelligence artificielle impliquant la chanteuse américaine, qui ont été visionnées des dizaines de millions de fois sur le réseau social X.

Cette semaine, plusieurs images à caractère pornographique présentant la chanteuse Taylor Swift ont été diffusées sur le réseau social X. Ces images, créées à l’aide de l’intelligence artificielle, ont suscité un vif intérêt, avec plus de 47 millions de vues pour l’une d’entre elles et 24 000 partages. “Taylor Swift AI” est rapidement devenu l’un des sujets les plus débattus sur la plateforme, suscitant des critiques tout en bénéficiant d’une plus grande visibilité grâce à l’attention qu’il a reçue.

Les supporters de l’artiste américaine, familièrement appelés les “Swifties”, ont riposté en diffusant abondamment du contenu légitime sur elle, dans le but de submerger les images pornographiques et de les rendre plus difficiles à trouver. Par exemple, un utilisateur a écrit : “Arrêtez de chercher les images Taylor Swift AI, regardez plutôt cette performance iconique”, tout en partageant une vidéo d’un moment mémorable de son concert.

D’après le site spécialisé 404 Media, ces fausses images de Taylor Swift ont initialement circulé au sein d’un groupe restreint sur Telegram, une plateforme également connue pour sa modération peu stricte. Ce qui est remarquable, c’est qu’elles n’ont pas été créées comme la plupart des “deepfakes” pornographiques, qui ont proliféré ces dernières années en remplaçant le visage d’une actrice de films pour adultes par celui de la chanteuse. Selon les informations du média américain, ces images auraient plutôt été générées à l’aide d’outils grand public de Microsoft, dont l’usage a été détourné.

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More